Le mot KATA en japonais a plusieurs signification dont celle qui nous intéresse ici, c’est-à-dire : « forme » ce mot évoque donc à la fois l’image d’une forme idéale à reproduire ainsi que la transmission de connaissances ayant pour base une gestuelle codifiée.
Mais j’aime également beaucoup la définition que m’a faite un parent d’élève en définissant cet exercice comme la grammaire du JUDO…

L’exercice technique du KATA a pour but de faire travailler les principes fondamentaux du JUDO comme par exemple dans le NAGE NO KATA (formes de projections) où l’on insiste sur les trois phases obligatoires au succès d’une technique de projection, à savoir : déséquilibre, placement, projection et ce à droite comme à gauche afin de développer un JUDO le plus varié possible.
Il faut souvent de la pratique pour en comprendre toute la subtilité.

En FRANCE contrairement au JAPON cet exercice n’est souvent et malheureusement associé qu’au passage de grades le présentant souvent comme une contrainte.

Conditions générales, selon les textes officiels 2019/2020

CONDITIONS DE PRESENTATION DU 1er AU 4ème DAN

DETAILS DES DOMINANTES COMPETITIONS ET TECHNIQUES

ANCIENNE REGLEMENTATION ET ATTENDUS DE LA CEINTURE NOIRE

Contenus, programmes, selon les textes officiels 2019/2020

GRADES POUR PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

CONTENU DU 1er DAN

1er dan dominante compétition

1er dan dominante technique

CONTENU DU 2ème DAN

2e dan dominante compétition

2e dan – dominante technique

CONTENU DU 3ème DAN

3e dan dominante compétition

3e dan dominante technique

CONTENU DU 4ème DAN

CONTENU DU 5ème DAN

CONTENU DU 6ème DAN

Exemple de présentation du NAGE NO KATA

Présentation de l’équipe Surla-Fleisz (Roumanie), vainqueurs de la coupe du monde PARIS 2008 à l’INJ avec 470 points. (source : ffjda.com)